Aliments pour chats: Bien nourrir son chat

Pâtée, croquettes, friandises… Quel est le type de nourriture le plus adapté à votre chat ?

PÂTÉES OU CROQUETTES ?

 Il existe de très bons produits dans les deux catégories. En fait, chacune d’elles comporte des avantages et des inconvénients, en termes de commodité, de prix de revient et d’équilibre alimentaire. Les croquettes sont plus pratiques et coûtent bien moins cher que les aliments humides. De plus, elles permettent de répondre au besoin naturel du chat de se nourrir à sa guise, par petits repas, répartis tout au long de la journée, sans poser de problèmes de conservation (contrairement à la pâtée qui sèche vite). Les croquettes stimulent aussi la mastication, limitant ainsi la formation de tartre, contrairement aux pâtées et autres terrines, qui ne favorisent pas une bonne hygiène bucco-dentaire. Seul bémol : en raison de leur teneur élevée en amidon, elles sont plus pauvres en protéines et moins digestes que les aliments humides. Enfin, comme tous les produits secs, les croquettes conviennent moins aux chats petits buveurs ou qui souffrent d’infections des reins ou de la vessie. Les deux familles d’aliments sont donc complémentaires. C’est pourquoi la plupart des spécialistes préconisent une alimentation mixte, complétée éventuellement par des produits frais : une solution d’ailleurs adoptée par de nombreux ­propriétaires de chats.

QUELS ALIMENTS PROSCRIRE ?

En général, mieux vaut éviter de donner du lait. Après le sevrage, la plupart des chats développent une intolérance au lactose (un sucre du lait) pouvant provoquer des diarrhées durables. Péché mignon de nos félins, les carapaces de crevettes cuites sont aussi à proscrire, car elles contiennent un conservateur, l’acide benzoïque, qui peut causer des intoxications graves. De même que la théobromine, un composant du chocolat. 

FAUT-IL DONNER DES SNACKS ET AUTRES FRIANDISES ?

les biscuits et les snacks ont envahi les rayons ­d’aliments pour chats. Ils mettent en avant leur rôle diététique et récréatif. Il existe même des jouets distributeurs de gâteries pour aider l’animal à faire de l’exercice ! Quant aux bâtonnets à mâchonner, ils sont supposés rendre aux gencives la tonicité que le chat perd en mangeant des pâtées. Même si elles revendiquent un aspect santé, ce sont aussi des friandises aux saveurs irrésistibles qui peuvent entraîner des comportements addictifs. Souvent distribués en guise de récompense, les snacks ne doivent pas représenter plus de 10 % de l’apport calorique total, sous peine de mettre en péril l’équilibre alimentaire de votre chat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.